Les Sentinelles du Climat

0%
Logo Union Européenne
logo-nouvelle-aquitaine Logo Département de la gironde
Logo Pyrenees-atlantiques
Cistude Nature Logo CBNSA Logo CEN aquitaine
dge
laaboratoire de mathématiques et leurs applications institut pluridisciplinaire hubert curien gmhl graine aquitaine

Les Sentinelles du Climat

Portail général

Torrents de montagne

La chaîne des Pyrénées est traversée par de nombreux ruisseaux, appelés gaves ou nestes. Leur débit fluctue en fonction des saisons. Faible en hiver, en été et en automne, il devient très important au printemps au moment de la fonte des neiges.

Ces ruisseaux courent à travers les roches, érodées au fur et à mesure par la puissance de l’eau. Au fil des cours d’eau, des vasques se sont formées dans lesquelles l’eau est plus calme.

Toujours fraîche et oxygénée, l’eau court même en hiver sous la glace.

Grenouille des Pyrénées

Grenouille des Pyrénées

Découvrez en vidéo les effets potentiels du changement climatique sur cette petite grenouille endémique des Pyrénées.

Seules 4 petites populations isolées les unes des autres sont présentes en France. Côté espagnol, l’espèce se répartit en 2 populations de taille plus importante.
Son aire de répartition réduite et ses exigences écologiques en font une espèce particulièrement fragile face aux modifications de température et de cycle de l’eau prévues en lien avec le changement climatique…

Quels suivis scientifiques sont mis en place ?

Cistude Nature met en place des suivis de la répartition et l’abondance des têtards de grenouille des Pyrénées. Le protocole utilisé est issu d’un protocole national, nommé POP Amphibiens. Plusieurs transects* feront l’objet de comptages tout au long du programme.

* Transect : dispositif d’observation de terrain, le long d’un tracé linéaire, destiné à mettre en évidence la présence et le nombre de têtards de grenouille des Pyrénées (pour ce suivi).

L’Université de Pau & Pays de l’Adour travaille en parallèle à l’évaluation de l’optimum thermique de la grenouille des Pyrénées, à l’aide d’un modèle physique muni d’une sonde thermique qui imite la grenouille et enregistre sa température interne en fonction de la température externe. Ces données (et celles de l’abondance) sont intégrées dans les logiciels statistiques prédictifs permettant d’évaluer le risque d’extinction de l’espèce.