Les Sentinelles du Climat

0%
Logo Union Européenne
logo-nouvelle-aquitaine Logo Département de la gironde
Logo Pyrenees-atlantiques
Cistude Nature Logo CBNSA Logo CEN aquitaine
dge
laaboratoire de mathématiques et leurs applications institut pluridisciplinaire hubert curien gmhl graine aquitaine

Les Sentinelles du Climat

Portail général

Hêtraies de plaine

Une forêt se caractérise par les espèces d’arbres qui composent la strate arborescente, et par celles qui poussent en sous-bois.

Les différents types de forêts naturelles (non plantées) sont réparties sur le territoire en fonction du sol et du climat, chaque espèce ayant des exigences écologiques propres de plus ou moins grande amplitude.

Le hêtre préfère les climats frais avec une humidité atmosphérique importante. Il est donc naturellement plus fréquent dans le nord, l’est de la France et en montagne. En Nouvelle Aquitaine, il est assez abondant du piémont jusqu’à l’étage montagnard des Pyrénées, ainsi que dans les contreforts du Massif Central. En raison du climat plus chaud et plus sec dans les plaines de la région, les boisements de hêtres y sont beaucoup plus rares.

hetre

flore

  • Hêtre © Marie Daniel et Fabien Mazzocco

  • Chêne sessile - CC BY-SA 2.5

  • Muguet © Emilie Vallez, CBNSA

En Nouvelle Aquitaine, l’aire de répartition des hêtraies de plaine trouve sa limite dans le Bassin Aquitain, où ses stations sont extrêmement rares. Cela en fait des forêts particulièrement originales mais aussi vulnérables.

Ces forêts sont présentes exclusivement dans des secteurs où les conditions microclimatiques sont les plus fraîches, souvent sur les versants ombragés des vallons encaissés en bord de rivières. Ce sont des reliques de la dernière glaciation. L’INRA a daté la hêtraie du Ciron : elle est âgée de 40 000 ans !

On y trouve de nombreuses espèces végétales formant un cortège atypique dans le contexte régional.
Le chêne sessile, lui aussi peu fréquent en Nouvelle Aquitaine, est souvent associé au hêtre (à l’inverse du chêne pédonculé qui domine la plupart de nos forêts de feuillus). La laîche digitée ou le muguet, qui se réfugient dans l’ambiance fraîche des hêtraies, sont d’autres espèces présentant une sensibilité certaine à des modifications thermique et hygrométrique du climat régional.

Quels sont les effets possibles du changement climatique sur le cortège d'espèces ?

Les microclimats frais, où ces forêts trouvent refuge, sont extrêmement sensibles à toute modification environnementale. Quel sera l’impact des évolutions climatiques sur la composition floristique des hêtraies et sur la survie de ces forêts en plaine?

Quels suivis scientifiques sont mis en place ?

Le CBN Sud-Atlantique, en partenariat avec l’Université de Bordeaux, va suivre la composition et la structure des communautés végétales. Ce suivi s’opérera par la mise en place de placettes permanentes* dans différents secteurs de la région, au sein desquelles des inventaires floristiques fins seront réalisés de façon régulière. En parallèle, une étude des communautés végétales est menée afin de connaître leur aire de répartition ainsi que leur composition floristique.

* Placettes permanentes : surface délimitée, localisée avec précision et instrumentée, dans laquelle des inventaires sont effectués selon un pas de temps défini.